Starbaits : Retour à l'accueil

 

MON COME BACK

Actualité rédigée le 20 Dec 2010 par Rudi SURKEYN.

 

 

Après une opération chirurgicale et six mois de ré-éducation, le médecin m'a enfin donné l'autorisation de reprendre la pêche. Dès cette bonne nouvelle tant attendue, j'ai organisé de suite une session de pêche de quelques jours sur un plan d'eau de 9 hectares, de ma région.

 

Jour 1, lundi :

Début octobre déjà la température était très douce, pour cette période de l'année. Arrivé à 10 h00 par un beau matin ensoleillé, je constate que la nature a subit une vraie métamorphose : les feuilles vertes des arbres sont tâchées de rouge, de brun de jaune.. Mais en même temps, j'entends de l'activité dans les feuilles de lys. Très rapidemment, je charge les outils nécessaires sur le Barow XL, indispensables sur ce plan d'eau (comme sur un tas d'autres d'ailleurs), les rives étant interdites aux véhicules.

 

2.jpg 

Je choisis de pêcher  avec  les nouvelles bouillettes O.F.S. (Original Food Source) SIGNAL à base de farine d’écrevisse pure, un produit tout nouveau dans la gamme Performance Concept, prévu pour le début de 2011 et offert par Jean-Marc Lebreton lors de ma visite chez la maison mère en France en tant que testeurs. Et les Tuna Max. Comme particules, je choisis PREPARATION X Specimen mix.  déjà bien connu dans la gamme

 

 

3.jpg

Je prépare deux cannes, ma première  montée avec un bas de ligne tressée Evidence 25lb  en combinaison avec un Solid, Ring 3.7 mm et un morceau de fluoro carbone Shadow 40%.

 

4.jpg 

 est pourvue d’un Pop-up multi rig, qui se montre très agressif dans l’eau.
Je vous conseille de la monter comme suit :
X core 45 lb, invader 25 lb, SB 300 nr 4, Solid Ring 3.7 mm et un Plomb chevrotine sensas.
 
Ce montage a été décrit en détails dans une news précédente "Pop-Up Multi Rig" de Steven Surkeyn.
 
 
5.jpg
 
 
Il se fait tard et la force du soleil commence à diminuer. Le soir tombe et je profite encore des belles couleurs d’automne et des derniers rayons du soleil. Ce sont les derniers jours d’une saison de carpe, pour moi, beaucoup trop brève. Jusqu’à présent, la journée n’a pas été bien spectaculaire avec un seul poisson de 10.525 kilos. Je me prépare pour la nuit quand tout à coup, et à ma grande surprise, arrive encore une touche !!!Sur ma canne de gauche. J’attends quelques secondes et comme la touche ne continue pas, je donne quelques tours de manivelles à mon moulinet. Soudain, le départ ! Je ferre et rentre en contact! Je sens tout de suite une grande résistance qui fait pression sur le Milspec LCR 3,5 lb.  Je n’ai pas l’occasion de tirer la canne avec le poisson plus près de moi. Tout comme s’il y pendait un énorme objet, la ligne part dans la direction des feuilles de lys. Mon enthousiasme du premier instant se transforme vite en déception : sur l’autre rive, une branche à la hauteur des feuilles, bouge dangereusement de gauche à droite. La canne se redresse et en sortant ma canne de l’eau, je constate que le SB 400 nr 4 a disparu. Nerveusement, je monte une tête de ligne en Titan Shock Leader 40 % sur la  Cam Line 27% (la tresse s'est également défendue) avec un  SB 100 nr 4. Le brouillard se fait de plus en plus dense. Il fait déjà noir et je repasse la journée de pêche en pensées : deux échecs sur des mords irréguliers. De temps en temps, j’entends un poisson qui saute malgré le temps qui devient de plus en plus froid. Je remplace l’appât mais il n’est plus possible de voir la position du plomb. Ce n’est qu’en écoutant attentivement que je sais à quel endroit le plomb touche l’eau. Quand les deux cannes se retrouvent dans l’eau, je m’installe dans mon sac de couchage. Un peu plus tard, j’entre-aperçois  une touche... silencieuse sur la canne de droite. Quand le Dropper Light monte, il hésite quelques instants et continue : départs et contact !!! Le poisson tire le Cam Line à travers le frein du moulinet bien réglé. Je suis nerveux : le poisson est-il déjà près de l’obstacle où pas ? Tout à coup, je sens que la ligne s’affaiblit. Le poisson vient dans ma direction et je soupire de soulagement. Dans  le bord,  je vois dans la lumière de ma lampe frontale, qu’il s’agit d’un beau poisson. La balance indique 12,150 kilos. Je mets la carpe miroir dans le Specialist Carp Sack où elle restera jusqu’à demain matin. Je ne sais pas ce qui se passe, mais à chaque fois que je bouge l’appât, il y a une réaction. Difficile à comprendre ? Toute la journée avec un seul poisson et maintenant le poisson  commence à bouger.  Et dire que la saison touche à sa fin et que la température de l’eau diminue. Voilà un départ sur ma canne de gauche, montée avec le Pop-up multi rig. 15 minutes plus tard, je vois une belle commune dans mon épuisette. Le peson donne 13,100 kilos. Tout comme la carpe commune, la carpe miroir  attendra le matin dans un autre sac de conservation : mon fils Steven viendra prendre quelques photos. Il est maintenant presque une heure du matin et je décide d’aller retrouver mon sac de couchage. La suite de la nuit reste calme, à quelques petites touches près.
 
 
 
 
Jour 2, mardi :
 
Le bruit d’un coup puissant sur l’eau, me réveille de bonne heure. Je décide de sortir une seule canne et de pourvoir ce lieu de nouvelles boulettes édition 2011 PREPARATION X specimen mix et Fihy Pellets Mix.
 
 
 
 
 
Après avoir jeté la ligne, je vois sur le premier lieu amorcé, des carpes qui bondissent régulièrement de l’eau. Pendant que j’observe cela, je reçois soudainement un très fort départ. Après un combat de quelques minutes et avec l’aide de mon fils Steven, je parviens à sortir une belle commune de 17,200 kilos. Voilà que la journée commence bien ! Après la session de photos,Steven et moi buvons une bonne tasse de café fraîchement fait, sous un ciel ensoleillé. La chance de ce matin se poursuit tout au long de la journée : au cours de la matinée, j’arrive à pêcher encore une huitaine de poissons de 8 à 14 kilos. Vers trois heures de l’après-midi, j’attrape deux belles communes et remarque que leur poids augmente fur et à mesure que je reste sur ce lieu de pêche. Vers 17.40 heures, mon attention est attirée par une voie de bulles qui se dirige lentement vers le lieu d’appât sous l’arbre. Le départ suivant se prépare. D’abord quelques bieb et puis, aussi vite que la foudre, le départ commence : démarrage et contact. Le Milspec Lcr courbé, convient parfaitement. Le poisson tire très fort et fend l’eau comme une lance. Il ne s’agit probablement pas d’un petit poisson et c’est certainement le poisson qui s’est dirigé vers l’appât. Le poisson tire agressivement dans la direction d’un arbre qui se trouve un peu plus loin dans l’eau. Il me faut rester sur mes gardes parce qu’il y a plus d’un obstacle de ce côté. Je préférerais que la lutte se déroule en eau ouverte. Tout à coup, le poisson ne sait plus résister à la forte tension de la canne que j’exerce sur lui, mais la lutte n’est pas encore terminée. Il repart vers la droite et reprend ensuite quelques mètres de fil. Je dois le tourner et augmenter la force de la pression sur la canne. Petit à petit, les forces du poisson s’affaiblissent : il n’est pas de taille à une telle pression. Encore une fois, il essaie de se sauver en secouant fortement la tête, mais lorsque je le tiens au bout de la ligne, je sais que j’ai gagné la bataille. Il s’agit d’une carpe commune de 18,880 kilos. La soirée se passe tranquillement bien que j’entende, sur le premier lieu d’appâts, quelque peu d’activité. A 02.15 heures, un départ sur mon premier lieu d’appâts se prépare. Cette fois-ci, j’ai l’impression qu’il s’agit d’un plus petit exemplaire jusqu’à ce que celui-ci arrive au bord et reparte vers l’eau ouverte avec un départ énorme. Après un combat de quelques minutes, je peux admirer un beau miroir de 13,050 kilos. Formidables ces boulettes qui arriveront sur le marché en 2011...  CELA PROMET !!!  Après une bonne tasse de café chaud, je m’installe dans mon sac de couchage pour un repos bien mérité.
 
 
 
 

Jour 3, mercredi :


Aujourd’hui, il fait un peu plus frais et humide. Comme chaque matin, je profite de ma première tasse de café noir et chaud en attendant que le soleil réchauffe la terre de ses rayons. Je me réjouis déjà à l’idée de reprendre la pêche : la certitude que les deux lieux d’appât sont actifs, me donne un sentiment de confiance. Il me faut d’abord rentrer les lignes pour renouveler l’amorce, ensuite pourvoir le premier lieu d’appât d’un Space rocket etdSIGNAL, coupés en deux avec l’Invader spod 4,50 lb. Le deuxième lieu d’appât est également pourvu des bouillettes nécessaires ainsi que de la PREPARATION X Specimen mix et de Fihy PelletsMix. Les lignes sont lancées, l’attente du premier départ peut commencer. Bien plus vite que prévu, à la lueur du jour, le premier poisson s’annonce : une commune de 8 kilos. La matinée n’avance que lentement jusqu’à ce que, à l’heure du dîner, une autre commune de 16,320 kilos prenne connaissance avec mon épuisette. Avec encore deux autres jours en vue, cette session s’annonce très belle malgré la baisse des températures. Chaque jour, plusieurs poissons dont quelques beaux spécimens, se sont retrouvés sur le Specimen unhooking mat...  
J’aime beaucoup cette période de l’année avec ses quelques belles journées et son soleil qui m'ont fait beaucoup de bien pendant la première partie de cette semaine. Il n’y a pas de vent et l’eau serait calme si le poisson n’était pas si actif sur le premier lieu d’appât avec ci et là, des cercles et des tourbillons à la surface de l’eau. Tout à coup, un poisson se présente sur le deuxième lieu d’appât, sous les branches de l’arbre. Après quelques tirs venimeux, je parviens à le monter sur le bord. Il s’agit d’une carpe écaillée de 4 kilos. Peu après avoir rejeté la ligne dans l’eau, il y a un autre départ sur la même ligne : une petite carpe écaillée de 3 ;150 kilos s’est laissé séduire par une de mes boulettes. Suivent encore 5 autres carpes de 3 à 6 kilos. Deux heures plus tard, il y a un départ sur le premier lieu de pêche. Le poisson prend tout de suite quelques mètres de ligne vers le milieu de l’eau mais quelques minutes plus tard, une écaille de 9,030 kilos atterrit sur le bord. Incroyable comment tout se passe bien aujourd’hui ! Après avoir relancé la ligne et ajouté de l’amorce, je reçois une touche qui revient ; suivie d’un départ violent. Au moment de la touche, le poisson se rend direction feuilles des lys mais peu après ce sprint, la ligne s’affaiblit. Deux minutes plus tard le poisson se retrouve sur le matelas de réception. A présent, il est certain que le poisson chasse sur les deux lieux d’appât. Un collègue pêcheur de carpes qui se trouve un peu plus loin, arrive. Il a pu contempler ce spectacle incroyable et confirme qu’il y a longtemps qu’il n’a plus vu pareille chose. Pendant que nous buvons une tasse de café, il me demande quelque peu hésitant, avec quelles bouillettes je pêche et où il peut les acheter.
Je lui réponds que ces boulettes ne sont en vérité que des bouillettes d’essai, qu’elles s’appellent Signal et qu’elles n’apparaissent sur le marché que début 2011. Il rejoint sa place en n’émettant qu’un ‘Et bien merci’ de surprise.

1_de_2.jpg

 

2_de2.jpg 

 

Jour 4, jeudi :

 
Il est 08.15 heures et il ne fait pas encore tout à fait jour. Cette nuit je suis sorti une première fois du lit à 01.30 heure. Ensuite, j’ai dû me relever chaque heure jusqu’à 5 heures du matin. Ce fut donc une nuit bien courte et assez animée. A 09.45 heures, le premier poisson s’annonce juste au moment où je finis ma première tasse de café. Sous une forte pression, je relève un poisson qui fait monter le peson jusqu’à 15,540 kg. Après avoir remis le poisson et relancé les lignes, j’invite le pêcheur de carpes de l’autre jour, à boire une tasse de café avec moi. Il a entendu le dernier départ ainsi que tous les autres départs de la nuit passée. Après son départ j’essaie de rattraper un peu de sommeil. Vers midi, je me sens beaucoup plus reposé et je commence à préparer mon dîner. La suite de l’après-midi se passe assez calmement mais à 16.15 un poisson ne peut plus résister aux nouvelles boulettes Signal. Après un combat sans trop de problèmes, le poisson glisse dans le filet. Une demi-heure après, un autre poisson mord au premier lieu d’appât : encore une commune de 8 kilos. A 18 heures je me prépare un souper et le déguste avec plaisir. Vers 19.30 des nuages noirs s’accumulent au loin et ne prédisent rien de bon. Un peu plus tard, les portes d’écluse du ciel s’ouvrent et il commence à pleuvoir à verse. Je m’assoupis au bruit des gouttes de pluie sur mon Challenger.
 
Jour 5, vendredi :
 
Il a plu toute la nuit et le matin je me demande ce que je vais faire : plier bagage ou attendre jusqu’à ce que les averses soient passées. Je choisis la deuxième possibilité et vers onze heures la pluie diminue peu à peu. Toutefois, vu le mauvais temps et les prévisions peu positives, je décide de rentrer. Cette session aurait probablement été la dernière de cette année et pour moi certainement la plus courte. Pourtant, j’ai vécu une semaine merveilleuse avec la prise de quelques belles carpes de 3 à 19 kilos grâce aux nouvelles boulettes Signal. J’espère trouver en 2011 autant de plaisir avec ces bouillettes qu’en octobre 2010.
Quelques Photos
 
3de3.jpg
 
4de2.jpg
 
 
 
 
 
 
 
J’espère vous rencontrer au bord de l’eau..
 
Rudi, Speedy.

 

 

 

 
 

 


 
 

Dans la même rubrique :

(10 Apr 2017 )

(30 Mar 2017 )

( 7 Mar 2017 )

(14 Dec 2016 )

Dans la même rubrique :

Du même auteur :

MONTAGE DOUBLE POP-UP (19 Sep 2010 )

SESSION SUR LE LOT ( 4 Mar 2010 )

CARPES DE LA MEUSE ! (18 Mar 2009 )

Vidéos

Conseils

Proshops